Les expulsions à Cobán, Alta Verapaz une réponse de l’État aux Intérêts d’Entreprise

cuc

18 familles mayas Q´eqchi´ de la communauté de San José El Tesoro dans la municipalité de Cobán, Alta Verapaz, sont en train d’être expulsées par les forces répressives de l’Etat (Police Nationale Civile, PNC, Ministère Public, MP, Bureau du Procureur général, PGN, et Commission Présidentielle des Droits Humains, Copredeh). Ces travailleurs publics sont en train de prendre des mesures sans préavis à la collectivité. Selon les dirigeants communautaires du lieu, la PNC, leur a seulement dit de sortir et ils ont commencé à détruire les maisons, sans montrer aucun signe ni remettre une copie de l’ordonnance du tribunal.

Au terme de cette expulsion, de nouvelles expulsions pourraient éventuellement avoir lieu dans les communautés de Río Cristalino et Cubilguitz. Le cas de Rio Cristalino est exemplaire car la majorité de ses habitants, adultes, sont sous le coup d’un mandat d’arrêt, c’est-à-dire que les femmes et les hommes chefs de famille pourraient être capturés et leurs fils et leurs filles pourraient se retrouver sans abri si un déplacement forcé se produit dans ce lieu.

Ces actions de l’État et menées par des fonctionnaires des organes Exécutif et Judiciaire, répondent aux intérêts des agriculteurs, des hommes d’affaires et des éleveurs. Il suffit de se souvenir que Jimmy Morales s’est récemment engagé avec la Gremial des Palmeros pour faire valoir l’état de droit en sa faveur. Récemment encore, le Congrès de la République a bénéficié d’une loi qui exonère et accorde des avantages fiscaux au secteur de l’élevage bovin du pays. En outre, pendant le décret de l’état de siège, Morales a assuré qu’il s’en prendrait aux organisations et aux personnes qui défendent le territoire et Dame Nature ; un message de haine et d’attaque contre les défenseurs des droits fondamentaux dans notre pays.

Il convient de noter que, d’une part, Jimmy Morales est intervenu dans les communautés mayas Q´eqchi´ d’Alta et de Baja Verapaz en état de siège et, d’autre part, il procède à des expulsions dans des municipalités qui ne sont pas sous état de siège, comme dans le cas des communautés Cobán, et dans la communauté Artluta, de Jalapa, Jalapa.

Nous alertons les organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme pour qu’elles s’expriment et soient vigilantes contre ces actions répressives de l’Etat.

Nous exigeons que le gouvernement guatémaltèque respecte les droits des familles paysannes, en particulier les droits des filles et des garçons, leur droit à la vie, à l’accès à la terre, à l’eau et aux biens naturels présents sur leurs territoires ancestraux.

Nous exigeons que les forces répressives de l’Etat adhèrent aux protocoles établis pour ce type d’action, puisque nous avons des informations qui sont en train de détruire et de brûler les maisons des familles paysannes.

Nous informons la communauté internationale que l’État du Guatemala viole la “Déclaration des droits des paysans et autres personnes travaillant en milieu rural”, approuvée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 2018.

Plus il y a de répression, plus il y a d’organisation

Comité de Unidad Campesina -CUC

Membre de la Coordination et de la Convergence Nationale Maya Waqib Kej, Assemblée Sociale et Populaire, La Via Campesina Amérique Centrale et Albamovimientos.
Guatemala, 9 octobre 2019

Traduction: Milena Restrepo

0 Responses to “Les expulsions à Cobán, Alta Verapaz une réponse de l’État aux Intérêts d’Entreprise”


  • No Comments

Leave a Reply