Élections au Guatemala: plus de la même chose …Ou la même chose avec plus

Copie de DSC01110

Le dimanche 11 août dernier a eu lieu le deuxième tour des élections dans le pays, à l’issue duquel s’est fait connaitre le nouveau président qui prendra ses fonctions le 14 janvier 2020. Le doctorant Alejandro Giammattei, du parti VAMOS – Allons pour un Guatemala différent – est l’oint. Dans ce second tour, il a battu la candidate de l’Union Nationale de l’Espoir (UNE), Sandra Torres, par une large majorité (16%). La majorité de la population inscrite n’est pas allée voter (l’abstention était d’environ 60%, un indice historique). En d’autres termes, Giammattei sera président non pas en raison de la décision d’une large majorité qui l’a choisi par le vote populaire, mais en raison d’un mécanisme bien assemblé de continuité et de pérennisation. En d’autres termes : tous les facteurs réels du pouvoir (pas le “souverain”, les électeurs – l’imbécilité avec laquelle nous sommes trompés au quotidien -, mais les chambres de commerce, la caste militaire, la classe politique, l’ambassade des Etats-Unis, voire le crime organisé intégré dans la structure étatique qui gère une bonne partie du produit brut du pays) ont cherché à maintenir le statu quo, de ce qu’est la nation, sa dynamique historique. En d’autres termes : il y a un changement de président (administrateur, manager, ou si vous voulez : contremaître) pour ne rien changer en essence. Gattopardisme , démocratie sur papier, démocratie contrôlée et au compte-goutte.
Sandra Torres n’a pas voulu annoncer de changement pour cet état de choses ; sa proposition et celle de son parti sont également de droite, conservateurs, continuistes du système. En tout cas, de petits changements cosmétiques insignifiants, d’ordre populiste, sans toucher à quoi que ce soit de substantiel (programmes d’aide sociale). Elle n’a rien proposé qui puisse nuire ou remettre en cause le système, elle s’est pleinement conformée aux pouvoirs factuels (affaires, ambassade des États-Unis), elle a même promu un discours homophobe pour gagner à sa faveur les secteurs les plus conservateurs liés aux églises (catholique et néopentecôtistes). Mais Giammattei est plus fidèle à la continuité, un représentant plus fiable, plus docile à l’extrême droite. Le surnommé Pacte de Corruption qui dirige le Guatemala a respiré tranquillement avec son élection. Ce sombre homme politique, lié à des personnages imprésentables, qui était Directeur du Système Pénitentiaire lorsqu’il y a eu un retentissant cas de “nettoyage social” (exécution illégale de détenus pour lesquels il a dû passer dix mois en prison), est plus “fidèle” à la procédure mafieuse qui domine la scène, meilleur ami des propriétaires de toujours, que la moins maniable Sandra Torres. La candidate de l’UNE n’est pas très différente dans ses actions, mais elle n’est pas une amie historique de ces secteurs conservateurs, elle crée plus de méfiance.
Avec le triomphe de ce candidat conservateur et néolibéral, homme d’affaires et proche des groupes militaires, le moindre changement dans la situation générale du pays n’est pas en vue. Au contraire : le modèle actuel se ratifie et sera certainement approfondi. C’est-à-dire : un régime agro-exportateur basé sur la monoproduction du sucre ou de palmier à huile, avec une forte présence de capitaux transnationaux dédiés à l’industrie extractive (mines, centrales hydroélectriques, un peu d’huile), avec une classe ouvrière (urbaine et rurale) absolument soumise, avec des salaires de la faim qui, selon le salaire minimum légal, couvrent à peine un tiers du panier de base, avec un État chancelant avec l’une des recettes fiscales les plus faibles de toute l’Amérique latine (10% du PIB) et avec des groupes économiques locaux mono- et oligopolistiques qui gèrent l’économie nationale selon le critère d’un domaine semi-féodal, souvent cystique de la colonie, se résistant le moins possible au changement. Les églises les plus conservatrices (catholiques et évangéliques) font le chœur à cette structure, la bénissant, la promouvant.
A tout cela s’ajoute que l’administration politique – quelle qu’elle soit : avec l’actuel gouvernement de Jimmy Morales, partant l’année prochaine ou, vraisemblablement aussi, avec le futur gouvernement d’Alejandro Giammattei, qui ne montre aucun signe de fracas avec le pays du nord – est toujours totalement soumise aux diktats de Washington. Dans cette logique, le gouvernement américain a récemment forcé le Guatemala à fonctionner comme un “entrepôt” pour les migrants en situation irrégulière, où ils attendraient que le pays du nord leur donne l’autorisation d’entrer (ce qui, en toute probabilité, ne se produira jamais). “Troisième pays sûr”, disait Donald Trump. En réalité, cela fait du Guatemala un grand “camp de concentration” pour ces masses énormes de personnes qui cherchent à atteindre le “rêve américain” en principe d’Amérique Centrale, mais aussi venant d’autres pays (Caraïbes, Amérique du Sud, Afrique). Bien que le président nouvellement élu ait déclaré que “cet accord” avec Washington, signé à tort par l’administration guatémaltèque actuelle, devait être révisé, son histoire politique et son profil idéologique nous permettent de penser qu’il ne deviendra en aucun cas un obstacle pour la Maison-Blanche, remettant en cause le traité obscur. Au contraire, il restera fidèle à la tradition du “caniche” des gouvernements centraméricains en relation au maître impérial. Tout indique qu’il n’y aura aucun changement.
Ce choix était diamétralement opposé à celui d’il y a quatre ans, en 2015. Il y avait alors un climat de mobilisation citoyenne qui, au-delà des manipulations possibles qu’auraient pu jouer l’ambassade des États-Unis avec l’ambassadeur de l’époque, Todd Robinson, a permis d’envoyer en prison le binôme présidentiel Otto Perez Molina-Roxana Baldetti, ouvrant un moment de critique sociale où la lutte contre la corruption a commencé à jouer un rôle prépondérant. A partir de ce récit, s’articulant avec la Commission Internationale contre l’Impunité au Guatemala -CICIG-, des Nations Unies, et de ce qui a été développé par le Ministère Public avec le Procureur Général de l’époque Thelma Aldana – aujourd’hui accusée par la justice pour la discréditer, l’empêchant ainsi de participer à ces élections-, la population s’est réveillée et a commencé à exiger de la transparence. Les mobilisations ont été massives et ont semblé ouvrir une nouvelle ère ; la classe politique a été remise en question et la participation citoyenne a attendu cette élection de 2015 avec grand espoir. L’élu Jimmy Morales, attendu avec un réel espoir de changement par la majorité de la population, a déçu plus tard avec son administration. En effet, toute cette chaleur anti-corruption a fini par s’éteindre, et le gouvernement lui-même s’est chargé d’expulser le coordinateur de la CICIG, le colombien Iván Velásquez, l’accusant presque d’être “communiste”, a mis ainsi fin à pratiquement toute enquête. La lutte contre la corruption a donc dû continuer à attendre. Aujourd’hui, aucun des candidats, ni Alejandro Giammattei, ni Sandra Torres n’ont mis l’accent sur cette question. Et tout indique que pour la nouvelle administration qui débutera en 2020, cela ne sera en aucun cas une priorité. Cela signifie que le Pacte de lutte contre la corruption continuera à mener ses activités calmement, à l’ombre de l’État, dans de nombreux cas en s’occupant de narco-activités et de contrebande, en évitant les impôts et en réprimant si nécessaire. En d’autres termes : aucun changement en vue.
Dans ce cadre sociopolitique, l’élection actuelle s’est déroulée sans douleur ni gloire. Avec une profusion incroyable de partis pour le premier tour (une vingtaine), le Pacte de Corruption (classe économique, militaire, politique) se referme sur un discours de droite hyper-conservateur et réactionnaire, supprimant de la scène la lutte contre la corruption et criminalisant toute sorte de protestation sociale. Même avec des involutions au sujet des droits de l’homme, contredisant le peu de progrès réalisés depuis la signature de la paix en 1996, le panorama quotidien est en fait devenu plus conservateur, homophobe, risqué pour les militants du camp populaire. Pour l’instant, ces derniers mois, la répression à l’encontre des dirigeants communautaires n’a cessé d’augmenter, avec plus d’un décès par mois, assassinats qui restent dans la plus totale impunité. De ce fait, dans un climat de déception et sans même mentionner certains des problèmes fondamentaux des campagnes électorales (pauvreté, violence, manque de services, migration irrégulière, corruption), pour le second tour, avec les deux candidats restants : Giammattei et Torres, le découragement et l’apathie des masses électorales furent énormes. D’où la forte abstention. Dans ce cas, contrairement à ce qui s’est passé il y a quatre ans, personne ne s’attendait à quoi que ce soit, aucun changement. Seulement un peu plus de la même chose. En d’autres termes : plus de pauvreté, plus de répression, plus de criminalisation de la protestation sociale, plus de migrants irréguliers fuyant la catastrophe, plus de corruption et d’impunité.
Sandra Torres, qui pendant la présidence de son mari, Álvaro Colom, entre 2008 et 2012, a développé un important travail social en tant que Première Dame, pour la droite la plus récalcitrante, a toujours constitué un danger. Danger relatif, sans doute, mais un danger pour cette vision fermée, parce qu’elle représentait des secteurs économiques émergents non liés à l’oligarchie traditionnelle ni au crime organisé (exportateurs de maquiladoras, petites et moyennes industries nationales), et avec un discours populiste, très timidement socio-démocrate. Tout cela lui valut la méfiance des groupes hégémoniques, au point d’être diabolisée, à la recherche d’un présumé passé de gauche -guérilla- ce qui n’était d’ailleurs pas le cas, pour la discréditer. Le fantôme du communisme, ou la comparaison avec le Venezuela (vestiges de la guerre froide qui, semble-t-il, est toujours présente) sont utilisés sans égard par cette droite conservatrice. La “sandrophobie” ainsi déchaînée créait un climat hostile à sa personne, à tel point que l’électorat urbain de classe moyenne – celui qui décide historiquement des élections du second tour dans la dynamique guatémaltèque – finit par se tourner vers l’autre candidat, Giammattei, non comme espoir de changement, mais comme une punition pour Sandra Torres. Le bombardement médiatique des grands médias commerciaux a complété la diabolisation à un degré superlatif.
Que peut-on désormais attendre du président Giammattei? Pour les campagnes populaires, pour la grande majorité de la population, cette masse qui présente 60% de pauvreté et de malnutrition chronique qui fait du Guatemala le pays d’Amérique latine avec le pourcentage le plus élevé de ce fléau, d’où partent chaque jour près de 300 personnes en route vers les États-Unis dans des conditions absolument précaires pour rechercher le prétendu rêve américain, pour cette immense majorité des gens : rien. Pour l’instant, le président élu a commencé à former son cabinet, et le prénom qui apparaît, destiné au ministère des Finances, est un symbole : Antonio Malouf, ancien président de la CACIF (le regroupement de toutes les chambres de commerce), avec une vision éminemment néolibérale.
Sans aucun doute, plus de la même chose. Ou, ce qui est pire : la même chose avec plus.

Par Marcelo Colussi*
Traduction: Milena Restrepo
16 août 2019

0 Responses to “Élections au Guatemala: plus de la même chose …Ou la même chose avec plus”


  • No Comments

Leave a Reply