Vivre autrement : expériences de nos partenaires sud (Guatemala, Sénégal)

guatemala

L’être humain est généralement réfractaire au changement. Il s’en accommode souvent difficilement et lui préfère la routine quotidienne facile, voie toute tracée, même si elle ne lui apporte pas toujours entière satisfaction. Toutefois, l’évolution de notre monde ne nous laisse maintenant plus le choix : si l’homme persiste dans cette volonté d’accaparer et d’épuiser les richesses de la planète sans égard pour ses semblables et pour la vie en général, il ira droit à l’impasse à moyenne ou longue échéance. Chacun de nous porte une partie de la réponse à cette grave problématique : c’est de la somme des convictions, efforts et engagements individuels que pourront naître progressivement des politiques globales nouvelles. De vraies politiques, sans faux-semblants ou discours creux, des politiques proches des citoyens et de leur réalité quotidienne.

Dans cet article vous découvrirez des exemples du « vivre autrement » de nos partenaires Sud (Guatemala, Sénégal) qui mettent en valeur quelques-unes de leurs actions, de même que leur ingéniosité, leur attachement aux racines culturelles et spirituelles, leur volonté de vivre en harmonie avec la nature.

[youtube_sc url=”http://www.youtube.com/watch?v=kKGUIqKeg4g” title=”Cérémonie%20maya”]

Guatemala : retour aux racines et à la spiritualité

Le CUC est un mouvement paysan qui défend le droit à la terre de communautés paysannes pauvres, souvent d’origine maya. Outre cette lutte pour un partage équitable des ressources, il participe, aux côtés d’autres organisations, à la résurgence des coutumes et de la spiritualité mayas. De nombreuses réunions et formations du CUC débutent par un cérémonial. Ici, les bougies et pétales de fleurs symbolisent les 4 points cardinaux et les 4 éléments fondamentaux (feu, terre, air et eau). Tout autour ont été disposées des feuilles de papier où figurent les mots « liberté », « justice »…comme un écho aux aspirations profondes d’un peuple dont la culture a été brimée des siècles durant.

Guatemala : participer à la vie citoyenne et politique

Après 36 années d’une guerre civile très meurtrière et dans un climat ambiant toujours empreint de violence, la démocratie a bien des difficultés à s’ancrer dans la société guatémaltèque. L’association Serjus a donc fort à faire ! Elle a pour mission de promouvoir la participation politique et citoyenne au sein de communautés défavorisées dans plusieurs régions du pays. Pour ce faire, elle organise de nombreuses formations grâce auxquelles les bénéficiaires développent des compétences pour se mobiliser efficacement face à certaines injustices comme, par exemple, le pillage des ressources naturelles par les multinationales.

Sénégal : la terre nourrit l’animal et l’animal nourrit la terre

L’intégration de l’agriculture, de l’élevage et du reboisement : voilà la clé de la réussite de la ferme de Guelakh. Les déjections animales sont utilisées comme fumier organique dans le cadre des cultures et du reboisement préconisé dans cette région aride. Un engrais naturel qui nourrit à la fois la plante et la terre, alors que les engrais chimiques tuent la terre en détruisant les êtres vivants qui nourrissent les sols. Répondant à un principe de système cyclique, les déchets de l’agriculture sont, à leur tour, valorisés en alimentation animale, au même titre que les gousses de certains arbres replantés par les paysans. De même, Guelakh produit de délicieux fromages et les déchets du lait des chèvres sont intégrés dans la nourriture des animaux, notamment pour les moutons. De cette façon, la terre nourrit l’animal et l’animal nourrit la terre. Un circuit fermé qui, en outre, garantit la sécurité alimentaire des habitants de la ferme.

Visite de Frères des Hommes à Guelakh en février 2011 :
[youtube_sc url=”http://www.youtube.com/watch?v=mqULVwVkYIw” title=”Visite%20de%20frères%20des%20Hommes%20à%20Guelack%20en%20février%202011″]

0 Responses to “Vivre autrement : expériences de nos partenaires sud (Guatemala, Sénégal)”


  • No Comments

Leave a Reply