Point sur le projet “café écologique et équitable – Bolivie”

cafe ecologique et equitable Bolivie

Du 19 novembre au 2 décembre dernier, Cecilia Díaz, responsable Bolivie auprès de Frères des Hommes, et Luana Becattini, responsable finances et administration, se sont rendues sur le terrain afin d’évaluer la pertinence de plusieurs projets qui arrivent à terme en cette fin d’année. Le témoignage de Luana, à son retour, nous a permis de faire le point sur l’une des activités en particulier. Ainsi, qu’en est-il du partenariat avec « Union Pro Agro » financé par la Loterie Nationale et ayant pour but la production et la transformation du café écologique et équitable ?

« Le moins que l’on puisse dire est que le projet est un réel succès, dit Luana. Aucune critique négative n’a été recueillie auprès des bénéficiaires. Que du contraire ! Ils ont souhaité mettre en avant les points forts et les éléments positifs.

A savoir :

  • La construction de 3 usines pour les 5 colonies.
    Pour rappel, les colonies sont constituées d’autochtones, des personnes qui au départ voulaient s’exiler en ville, mais auxquelles le gouvernement a octroyé des terres dans la région des Yungas pour faire de la production agricole, dont le café. L’avantage premier est de concentrer le travail auprès des colonies. Avoir une usine de proximité leur fait gagner beaucoup de temps, les horaires sont plus souples et la qualité de vie est grandement améliorée.
  • Les ateliers de formation pour les bénéficiaires.
    En Bolivie, le souci écologique est un vrai mode de vie et certainement pas un effet de mode comme on peut en trouver dans d’autres coins du globe. La notion de qualité, de constance du produit, le respect des arômes, la connaissance des différents plants de café (ils en utilisent au moins 7) et le niveau de production (ils produisent jusqu’à 1800 mètres d’altitude et travaillent en hauteur par paliers) sont essentiels. La sensibilisation à l’environnement, la lutte contre les pesticides, le respect de la terre revêtent toute leur son importance sous ces latitudes. A côté des cultures traditionnelles telles que la pomme de terre et le quinoa, le café est un plus de par sa grande valeur sur l’échelle mondiale.
  • Le travail octroyé au personnel qui gère les usines, entretient le site et le matériel.
  • La production de café certifié biologique et la rentabilité de celui-ci.
    Ils apportent le café traité et le vendent avec un bénéfice aux usines qui vont le torréfier.
  • Le travail des femmes.
    De nature très discrète, elles sont néanmoins très actives dans le domaine. Elles ont l’occasion de participer au projet « Café Feminino» une association qui exporte le café aux Etats-Unis. Elles espèrent en retour obtenir un séchoir inoxydable pour le café qui leur sera d’une grande utilité par la suite.
  • Les gens se sentent responsables et maîtres de ce qu’ils font.
    Ils travaillent en famille autour de la production. La seule étape collective est celle de la transformation du café ».

Propos recueillis par Roxane Tilman, Frères des Hommes

0 Responses to “Point sur le projet “café écologique et équitable – Bolivie””


  • No Comments

Leave a Reply