Guatemala : Services Juridiques et Sociaux (SERJUS)

Objectif général :

Former et agir pour Vivre Bien, en renforçant les luttes populaires et/ou communautaires pour la préservation des ressources naturelle.

Les activités principales en 2015 :

  • Développement de la production biologique dans des potagers urbains, principalement pour la consommation familiale pour six groupes d’environ 30 familles actives.
  • Réalisation sur trois terrains disponibles à Quetzaltenango et Alta Verapaz de festivals « semences de la pensée ».
  • Organisation d’une mobilisation pour la défense du territoire à La Puya.
  • Organisation d’une proclamation publique face au Palais de Justice de Quetzaltenango en solidarité avec les prisonniers politiques. Environ 400 personnes se sont mobilisées.
  • Mise en place de quatre transmissions revendicatives sur les ondes des radios communautaires.
  • Prise en charge par 297 participants dont 60% de femmes leaders des mobilisations de 123 organisations communautaires.

Les activités principales en 2016

  • Mise en place de six actions politiques (mobilisation, pression, revendication …..) réalisées à un niveau national.
  • Formation de 28 participants capables au bout du cycle d’utiliser 5 méthodes, outils ou techniques apprises lors de l’apprentissage de leader de base.
  • Mise en place de quatre assemblées communautaires afin de statuer sur l’exploitation des ressources naturelles.
  • 40 familles consomment des produits issus de l’agriculture agroécologique et de leurs parcelles.

Le partenaire :

SERJUS (services Juridiques et Sociaux), ONG de développement qui donne des formations aux organisations de base pour l’élaboration de projets et la gestion du développement local (www.serjus.org.gt)

Bénéficiaires :

410 représentants des organisations communautaires de base et indirectement environ 2.000 membres des communautés responsables de l’éducation à la citoyenneté.

Durée du projet :

Ce projet de deux ans se termine en 2016. Le budget total de l’action est de 106.370 euros, cofinancé par la Direction Générale de Coopération au Développement (DGD), la commune de Koekelberg et Frères des Hommes Belgique.