Le Sénégal, un peu, beaucoup, passionnément !

animations dans un daara

Perpétuer le partenariat pour renforcer encore les liens!

Pour la 3ème année consécutive, l’Institut Notre-Dame de Thuin a renouvelé son partenariat avec Frères des Hommes pour organiser un voyage de rhétos alternatif, pour ses 6èmes en techniques sociales, placé sous le signe de la rencontre et de l’échange.

Depuis le début, les objectifs des partenaires du projet convergent et se complètent pour en faire une expérience unique : mieux se connaître soi et sa classe ; mieux cerner la société plurielle dans laquelle nous vivons ; mieux comprendre l’interdépendance entre les peuples du Nord et du Sud à l’heure d’un village planétaire ; s’ouvrir à l’Autre en battant en brèche les stéréotypes de tout genre ; mettre la main à la pâte pour apporter son grain de sel à la construction d’un monde qui tourne plus rond, un monde où chacun aurait sa place et où les êtres humains seraient aussi plus respectueux de leur environnement naturel!

Pour se faire, le projet s’articule en 3 temps forts :

La phase de préparation

C’est donner le temps au temps de se préparer, seul ou en groupe, épaulé par les professeurs, Annoncer la Couleur Hainaut et Frères des Hommes, pour apprendre et comprendre le Sénégal, le travail des partenaires sénégalais, comment collecter de l’argent et du matériel, animer des enfants, réussir la rencontre interculturelle,… Autant de moments sont aménagés dans le programme scolaire pour intégrer véritablement ce cheminement dans leur formation de dernière année.

Le séjour au Sénégal

C’est le paroxysme du projet…le moment tant attendu et enfin venu ! Le mercredi 23 février 2011, les élèves accompagnés de leur professeur de sciences et technologie (Geneviève Willame) et de leur éducateur (Benoît Leduc) se sont envolés pour le Sénégal où ils ont vécu 10 jours à la mode sénégalaise, 10 jours d’un programme chargé pour vivre intensément cette vie qui n’est pas la nôtre mais dont nous avons beaucoup à apprendre !

Ce qui en ressort ? Une mosaïque de souvenirs et sentiments subtilement mélangés : du réconfort et du contentement devant l’accueil chaleureux et le sens de l’hospitalité sénégalaise; de l’admiration devant le travail de terrain sans relâche d’Intermondes pour faire reculer la pauvreté dans ce Dakar aux contrastes de richesses si virulents; de la sérénité face à rythme de vie au diapason des saisons pour faire naître un oasis dans une région du Sahel souvent hostile à l’Homme; de l’enthousiasme devant le travail de longue haleine des habitants de Guelakh pour vivre leur rêve d’autarcie; de la curiosité mêlée à de la timidité devant les danses frénétiques sénégalaises marquant un train d’union entre Dakar et la campagne sénégalaise; ou encore de l’émerveillement devant la beauté de la nature dans la Langue de Barbarie.

Mais c’est aussi des incompréhensions face à des coutumes (ex. mariage Peul) et des réactions différentes des nôtres – là où se mêlent choc culturel et simple divergence interpersonnelle – ; du dégoût et de la peur face à la pauvreté extrême qui pousse des gens à élire domicile sur la plus grande décharge publique de l’Afrique de l’Ouest (Mbeubeuss à Dakar) pour en tirer leurs moyens de subsistance.

C’est en tout cas, pour beaucoup, les larmes aux yeux que les jeunes ont quitté ce pays où ils ont vécu un voyage fait de contrastes saisissants, où l’on passe dans la même journée de la joie à la tristesse, de l’enfer au paradis, de l’espoir au désarroi, … avec l’intime conviction qu’ils ne seront plus jamais vraiment les mêmes.

L’après voyage

Voici déjà venu le temps de prendre du recul par rapport à l’expérience vécue. De réfléchir à la suite à donner à ces liens qui ont été tissés.

Des projets pleins la tête, déjà en voie de concrétisation et prévus à l’agenda ! Un concert pour récolter des fonds pour le dispensaire de Rao (situé à quelques kilomètres de Guelakh) le samedi 28 mai. Mais avant cela, une exposition lors de la journée « portes ouvertes » de l’école (samedi 2 avril) et une conférence ouverte au public (jeudi 5 mai) seront autant d’occasion de sensibiliser leurs entourages (familles, école, habitants de Thuin et des alentours,…) aux réalités des pays du Sud et aux alternatives à construire…..ensemble, comme ils l’ont si bien compris !

Perrine Raquez (accompagnatrice du projet chez Frères des Hommes)

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus ou pour participer aux évènements organisés par l’école :
Perrine Raquez
tél : 02/500.09.65

0 Responses to “Le Sénégal, un peu, beaucoup, passionnément !”


  • No Comments

Leave a Reply