La confiance et la solidarité : ingrédients indispensables pour asseoir les bases de nos formations

IMG_1174

Atelier de présentation : premier pas de notre méthodologie participative
« Le premier atelier est fondamental pour asseoir les bases de notre méthodologie participative. La première rencontre avec les apprenantes est pour moi la plus importante. Jusqu’à présent dans tous les groupes où j’ai donné des formations, la présentation détermine le déroulement de la formation.

En me présentant j’explique mon rôle, ce que nous allons faire ensemble mais également une partie de moi-même. Ensuite je demande aux apprenantes de faire la même chose.
La consigne que je donne est : « Je prends mon temps » pour signifier que mon histoire est importante, que mon parcours explique aussi ce que je suis aujourd’hui. Les participantes montrent une grande capacité d’écoute, elles me regardent attentivement, elles me sourient généreusement.
A mon tour je prends le temps de les écouter et qu’elles se sentent importantes. J’ai besoin d’en savoir le plus possible sur elles, sur leurs vies, sur leur parcours, sur leurs quotidiens, pour apprendre à se connaître tout simplement ! Mais seulement si elles le souhaitent, rien n’est obligatoire. Elles ont le choix de répondre ou non aux questions que je leur pose.
Je constate qu’à chaque fois, les apprenantes se confient avec sincérité, elles racontent leur vie en général. Elles ont besoin de se sentir en confiance et de parler d’elles.
Au fur et à mesure les témoignages deviennent plus précis et les récits très poignants. Ces émotions permettent d’évacuer tout ce que nous ressentons, d’évacuer notre stress quotidien, de partager nos difficultés, de se sentir écouté, de tout simplement parler.
Mais aussi, de se sentir valorisé !
Plusieurs thèmes sont abordés mais certains plus que d’autres attirent l’attention des apprenantes de faire la même chose.

Le fait d’en savoir un peu plus sur elles, me permet aussi d’avoir une idée sur leur personnalité, leur besoin, leur contrainte de vie. Ainsi je peux les amener à travailler, les mettre en confiance et faciliter ainsi l’apprentissage.
L’écoute est tellement importante. Elles écoutent l’histoire de l’autre et comprennent mieux. Ensuite, elles interfèrent dans les histoires, elles s’identifient aux histoires des autres, elles réfléchissent et tout cela en français alors qu’elles sont dans un groupe d’alphabétisation. Elles consolent, elles donnent du courage. Elles sont solidaires.

Comment pourrais-je mieux commencer mon animation que par cette solidarité ! A ce stade le thème principal est déjà abordé par elles-mêmes …”

Témoignage d’Angélique Bert, animatrice de FDH

0 Responses to “La confiance et la solidarité : ingrédients indispensables pour asseoir les bases de nos formations”


  • No Comments

Leave a Reply