Femmes : les mentalités changent… lentement !

DSC01769

Cette année, la journée internationale de la femme (8 mars) avait pour thème : “L’autonomisation des femmes rurales, leur rôle dans l’éradication de la pauvreté et le développement durable.” Frères des Hommes qui a pour mission la participation à la construction d’un développement durable pour le Sud, la promotion des échanges Nord/Sud et Sud/Sud, et la sensibilisation du Nord aux problématiques du développement, ne pouvait pas manquer d’en faire mention.

Bref rappel :

La journée de la femme est célébrée chaque année le 8 mars dans de nombreux pays occidentaux. Les femmes sont alors reconnues pour leurs réalisations dans des domaines aussi variés que la politique, la culture, l’économie, … Cette célébration remonterait au début du XXème siècle avec les premières manifestations féministes et aurait été définitivement officialisée par les Nations unies en 1977. (Si l’historique vous intéresse et que vous souhaitez approfondir le sujet, vous retrouverez un article complet dans le trimestriel n° 98 intitulé « Femmes du monde »(format pdf) disponible également sur ce site.)

Qu’en est-il aujourd’hui, au début du XXIe siècle ?

Des progrès énormes ont été réalisés pour faire reculer la pauvreté dans le monde, mais la discrimination à l’égard des femmes pose encore de sérieux problèmes. Trop de femmes n’ont pas encore accès aux soins de santé, au travail et à l’enseignement, et ces injustices freinent le processus de développement. Au Sud, 25% des femmes adultes seraient encore illettrées. La journée de travail des femmes est plus longue que celle des hommes car en plus des tâches agricoles, elles doivent encore s’occuper de leur foyer quand elles rentrent chez elles. Les femmes représentent donc le pilier sur lequel repose l’essentiel de la main-d’œuvre.

Le changement passe donc par l’éducation des jeunes filles, l’accès à la terre et au crédit. Donner aux femmes les moyens d’agir et de développer leur activité revient à soutenir toute la communauté.

Un exemple : les femmes d’Afrique

Les femmes d’Afrique jouent un rôle considérable dans l’économie de leur pays. En ville, elles exercent de petits métiers, du commerce. Dans les campagnes, elles travaillent au champ, de longues heures durant. On les retrouve aussi sur les marchés où elles vendent leur production agricole ou les produits transformés issus de leurs récoltes. Elles représentent 70% de la force de travail et produisent 90% des denrées alimentaires.

Pourtant, malgré leurs positions clés, elles ne peuvent que cultiver la terre. Le contrôle de la terre ainsi que sa possession revient toujours aux hommes, ce qui constitue une injustice criante au vu des heures passées à l’exploiter et la travailler. Il reste encore du chemin à parcourir ! Les mentalités changent, mais très lentement…

Mais, mettons l’accent sur des réalités concrètes et positives !

Ainsi, au Rwanda, les femmes jouent un rôle très important dans la vie politique et économique. La guerre les y a forcées, mais en définitive, c’est une bonne chose. Elles occupent maintenant des postes importants au gouvernement et au parlement. Elles détiennent 41% des entreprises. Et depuis 1999, elles peuvent hériter de propriétés.

Au Nigéria, les commerçantes Yoruba font bon usage du GSM. Elles sont en contact avec des personnes qui résident encore dans leur village d’origine et grâce à ces personnes, elles obtiennent des informations sur les récoltes à venir, elles discutent des prix et passent des commandes…

En République Démocratique du Congo, des associations travaillent sans relâche pour améliorer les conditions des femmes au quotidien. Tel est le cas de l’APEF (Association pour la Promotion de l’Entreprenariat Féminin), partenaire de Frères des Hommes présent dans la région Sud-Kivu. Outre son travail sur le terrain, cette ONG est principalement gérée par les femmes, même si les hommes participent également à ses activités. Cela répond à l’un des objectifs de l’APEF qui consiste à renforcer les aptitudes de leadership des femmes.

Que ces exemples réussis puissent montrer la voie à d’autres dans un avenir proche !

Roxane Tilman

0 Responses to “Femmes : les mentalités changent… lentement !”


Comments are currently closed.