Contre les pesticides et pour la Vie

IMG_0516

Serge Peereboom cultive et expérimente l’agroécologie avec sa belle-famille et ses associés sur les terres de la ferme Arc-en-Ciel à Wellin (1). Pour lui, cultiver sans pesticides a toujours été une évidence. Sa motivation fondamentale : le respect de la Vie et de la Terre.

« J’ai toujours cultivé sans produits chimiques. En fait, lors de mes études d’horticulture dans les années ’80 à Bruxelles, j’avais un professeur de culture maraîchère qui suivait le programme officiel abordant les principes de l’agriculture conventionnelle. En tant que professeur, il était obligé de respecter ce programme, mais il nous mettait en garde contre les dangers des engrais chimiques et des pesticides de synthèse. Il nous disait : « Vous savez, il ne faudrait plus travailler avec ces produits et plutôt opter pour la lutte biologique! ». C’était son initiative personnelle et il était convaincu. C’est lui entre autres qui m’a ouvert les yeux sur ce gros problème des pesticides et de l’agriculture chimique. Alors que celle-ci vise notamment à nourrir artificiellement la plante et doit lutter constamment contre les maladies et les ravageurs, l’agriculture biologique a pour principe de nourrir le sol et c’est ce sol équilibré qui permettra d’obtenir des plantes en bonne santé, moins sujettes aux maladies.

Bien entendu, légiférer sur les pesticides, c’est très bien. Mais sur ce plan, les avancées sont beaucoup trop lentes, comme toujours. Quand on voit que certains scientifiques ont déjà tiré la sonnette d’alarme depuis les années ’60 face aux dangers des pesticides, les régions et les pays auraient déjà dû à ce moment-là prendre des mesures. Parvenir à supprimer totalement ces produits prendra du temps ! Il y a quelques années, un projet intéressant a été présenté au niveau européen (REACH (2)), mais il a été totalement étouffé par les lobbies chimiques parce qu’il voulait aller trop loin dans l’interdiction de pesticides et de molécules chimiques. Et pourtant, le Prof. Dominique Belpomme, cancérologue, a pointé du doigt les pesticides en démontrant que ce genre de molécules chimiques avait des effets sur l’environnement et la santé (même s’ils ne sont pas la seule et unique cause des maladies liées à l’environnement contaminé par les activités de nos sociétés modernes), notamment parmi les agriculteurs qui en sont les premières victimes. Il a mis en évidence des liens avec le cancer, certaines pathologies du cerveau, la maladie de Parkinson et les problèmes de stérilité de plus en plus fréquents chez les agriculteurs.

Encore maintenant, ce qui me sidère, c’est le fait de ne pas respecter la vie. Quand en cultivant la terre, nous sommes confrontés à des invasions de pucerons ou de limaces, pourquoi faut-il avoir ce regard de puissance et de destruction envers ces animaux ? C’est cela qui m’a toujours surpris : pourquoi réagit-on toujours violemment vis-à-vis d’êtres vivants alors qu’il existe des possibilités de travailler différemment ? Je peux comprendre les préoccupations économiques et le souci de protéger ses cultures, mais il ne faut pas perdre de vue les conséquences de tels comportements car éliminer des pucerons, par exemple, que nous jugeons, nous, nuisibles porte aussi préjudice à d’autres animaux tels que les oiseaux, les mammifères et finalement à l’humain également puisque l’on sait que les pesticides sont nocifs à plusieurs niveaux et agissent à la fois sur la faune, la flore, le sol, l’eau et l’air, et donc aussi sur l’être humain. Humain. Humus. Humilité ».

(1) Voir fermearcenciel.be

(2) http://fsimpere.over-blog.com/article-la-peste-soit-des-pesticides-et-des-pestifaiseurs-69106098.html

0 Responses to “Contre les pesticides et pour la Vie”


  • No Comments

Leave a Reply