Carnet de voyage: huitième et dernier extrait à découvrir

2741

PaysanNEs d’ici et de partout, unissons-nous !

Le paysan et la sage-femme – el campesino y la partera

De la terre rouge du Malawi(1) à la Pachamama(2) de Bolivie…

Extrait d’un troisième  Carnet de Voyage au Long cours, réalisé grâce à Frères des Hommes, du 19 janvier au 10 février 2016.

Natascha Köchli et Serge Peereboom
Partout des paysannes et des paysans nourrissent la terre et les gens avec simplicité et détermination…

Il est temps de leur (re)donner reconnaissance et justice !

Extraits à découvrir aussi:

http://www.gasap.be/Paysans-en-mouvement

http://lemap.be/?PaysanNEs-d-ici-et-d-ailleurs

La Pachamama (Terre-Mère), étroitement liée à la fertilité dans la cosmogonie andine, est la déesse -terre dans certaines cultures présentes essentiellement dans l’espace correspondant à l’ancien empire inca. La figure de Pachamama est particulièrement forte chez les peuples Aymara et Quechua. Elle constitue une déesse majeure de la culture pré-inca Tiwanaku en Bolivie.

 

 

Huitième extrait à découvrir :

Le retour vers La Paz est aussi étrange et déroutant que l’aller…   cette fois-ci le chauffeur est un peu plus âgé mais… la señorita qui se trouve à ses côtés lui fait souvent tourner la tête !  Regarde ta route, ne cesse de dire Serge !

Curieusement, c’est moi cette fois qui ai du mal à me faire à ce dénivelé : mal de tête et nausées sont au rendez-vous à notre arrivée mais une pilule miracle, un peu de coca et le tout est oublié ! Et surtout un excellent souper où je goûte enfin au lama, waah, dommage que ça ne pousse pas chez nous ces bestioles !330

La dernière matinée se fait séparément : Serge va encore visiter un projet (Flor de leche) tandis que moi, je me lance à l’assaut des boutiques d’artisanat : pulls, ponchos, capes, bonnets multicolores et autres sans oublier la ruelle des sorcelleries : boutiques vendant toutes sortes de poudres miracles et fœtus de lama momifiés accrochés aux devantures sont assez impressionnantes !  Nous nous retrouvons à midi pour un repas avec des représentants de l’AOPEB avant d’entamer une après-midi à deux, où nous sillonnons les ruelles à la recherche de merveilles à rapporter…  Rendez-vous avec Giovanni aux bureaux de l’AOPEB en fin de journée où nos valises seront à l’abri durant notre périple à deux, deux sacs à dos nous accompagneront ce qui sera amplement suffisant !  Nous nous rendons ensuite chez Giovanni qui vit sur El Alto et qui nous a gentiment invités à passer une nuit chez lui où nous rencontrons sa famille.  Ses enfants sont justement de retour pour les congés, ils étudient tous les deux dans une ville frontalière au Pérou.  Son accueil et ses conseils absolument charmants nous permettent de démarrer directement du bon arrêt de bus afin de commencer notre petit voyage à deux (voyage de noce, vingt en après…) ! A nous les grands espaces de Sajama et les paysages contrastés de l’Isla del Sol ! 279

Dix jours, c’est bien trop court…

Adieu paysages surréalistes, habitants rudes et résistants, immensités… voilà les mots qui résument notre périple…  Et une question nous taraude, quand est-ce qu’on y retourne… ?

Deux ans déjà… Cette magnifique expérience réalisée grâce à Frères des Hommes a réellement marqué mon cœur paysan : tous les gens de la terre, partout dans le monde, doivent faire face à la même solitude et aux mêmes difficultés ; même s’ils sont de plus en plus nombreux à créer l’espoir en se rassemblant, en agissant avec des coopératives et des organisations paysannes… Une même devise pour la Bolivie et la Belgique ! L’union fait la force est un proverbe et la devise nationale de la Belgique, la Bulgarie, l’Angola, la Bolivie, l’Andorre et Haïti.

Il est urgent de reconnaître les droits des paysans !

http://www.fian.be/IMG/pdf/fian_etude_ddp_final_web_2.pdf

Mille mercis encore à Frères des Hommes Belgique pour ce voyage inoubliable : plus particulièrement à Cécilia Díaz et à Cécile Verbeeren et en Bolivie à Marc Devisscher, Nancy Coparicona Quispe , Edgard Alanoca Murga, Giovanni Mita et à tous mes frères paysans et sœurs paysannes !

Je viens de terminer de lire le livre de Marcos (mon « voisin » de Molenbeek) : « Moi, Marc, Belge de Molenbeek, devenu Marcos, Bolivien des Haut-Plateau…. » par M. Devisscher

Cela m’a permis d’encore mieux comprendre l’excellent travail effectué par FDH Belgique, malgré si peu de moyens ! La Belgique consacre seulement 0,45% de son revenu National Brut au développement…

« La Déclaration sur le Droit au Développement vient de réaffirmer l’engagement des pays membres de l’ « Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) », de dédier au moins 0,7% de leur revenu National Brut à l’aide au développement.

Les pays membres de l’OCDE s’y engagent en 1970. La Suède et les Pays-Bas atteignent cet objectif en 1975, suivi de la Norvège en 1976 et le Danemark en 1978. Ces quatre pays ne s’en sont pas écartés depuis. Le Luxembourg y est parvenu en 2000 et a maintenu sa position. Cependant, aucun autre pays n’a atteint l’objectif depuis qu’il a été défini et la moyenne pondérée des Membres n’a jamais dépassé 0,4%.La Belgique stagne a 0,45%.

Extrait du livre de Marc Devisscher, page 262 : « De Bruocsella… à Chuquiyapu Marka, 35 ans de partenariat en Bolivie ».

Lire aussi :

Appel des 111, pour la revalorisation de l’aide belge au développement

http://plus.lesoir.be/134610/article/2018-01-17/appel-des-111-pour-la-revalorisation-de-laide-belge-au-developpement

Le bulletin «peut mieux faire» de l’aide au développement belge

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_cooperation-au-developpement-le-cncd-denonce-des-coupes-violentes-dans-les-budgets?id=9707010 

390

0 Responses to “Carnet de voyage: huitième et dernier extrait à découvrir”


  • No Comments

Leave a Reply