8 mars, journée internationale de lutte des femmes

DSC06452

A l’honneur, une femme guatémaltèque

Il en faut beaucoup pour décourager Telma. Même les menaces de mort qu’elle et sa famille ont subies n’ont pas réussi à la détourner de sa lutte infatigable pour une société plus juste.

Telma est une Indienne maya du Guatemala où elle vit sous un même toit avec sa mère, ses deux frères, sa belle-sœur et son neveu. Originaire de la région de l’Oriente, près de la frontière du Honduras, elle a gagné la capitale avec sa famille pour travailler avec notre partenaire SERJUS.

Au sein de cette association, elle est aujourd’hui formatrice en agroécologie pour les paysans pauvres. Mais la défense des droits figure également au cœur de son engagement politique. Marquée dans sa propre histoire par les injustices,  elle a décidé de faire de sa vie un combat pour tous ceux qui subissent préjudices et persécutions.

La condition de la femme, en particulier, la touche beaucoup. « J’ai vu la façon dont on exerçait la violence envers les femmes, explique-t-elle. Dans ma communauté, dans les institutions,…partout ! Le corps de la femme a été traité comme on l’a fait avec la terre : on utilise la violence pour la posséder, l’exploiter, la dominer. Et je me suis révoltée contre cela. »

Mais ce n’est pas là sa seule source d’indignation. Dans plusieurs régions du Guatemala, les ressources naturelles attirent la convoitise de nombreux entrepreneurs sans scrupules. Avec l’assentiment des autorités, ils n’ont aucune peine parfois à faire éjecter les populations locales pour faire main basse sur des minerais ou l’accès à un point d’eau.

La lutte est dure pour Telma et ceux qui s’y engagent : il faut sensibiliser les communautés pauvres à leurs droits, organiser leur défense, mobiliser les habitants…et faire face aux menaces de mort !

C’est dans la solidarité et le soutien de SERJUS que Telma puise la force et les conseils avisés pour continuer sa lutte. Et comme tous ceux qui se battent pour la défense de leurs droits, elle en a bien besoin !

Telma sait qu’elle peut compter sur l’encadrement efficace de SERJUS. En près de 30 années d’existence, ce partenaire a prouvé sa fiabilité : il a mis en place des centaines de formations pour leaders communautaires, soutenu des milliers de communautés pauvres à travers le pays en les sensibilisant à leurs droits et à l’agroécologie, en les aidant à se mobiliser face aux injustices et à développer des moyens de subsistance dignes.

Et au Guatemala, SERJUS a fort affaire, en particulier dans la défense des biens communs et ressources naturelles. Car même si les communautés paysannes disposent d’un titre de propriété, les pressions exercées par les grosses firmes et multinationales pour s’emparer des terres sont considérables.  Et la corruption aidant, les petits paysans sont aisément expulsés de leur lieu de vie.

0 Responses to “8 mars, journée internationale de lutte des femmes”


  • No Comments

Leave a Reply